Bordeaux Aquitaine Marine

Bateaux-écuries au Moyen-Age

par Alain Bonnissent
C'est   surtout   à   l'occasion   des   croisades   (1096-1291)   que   s'intensifie   et   se   perfectionne   la   technique   de   transport   des   chevaux   en   Méditerranée,   entre   l'Orient et   l'Occident.   Dans   tous   les   grands   ports   d'Europe,   on   construit   alors   à   cet   usage   des   navires   spéciaux,   et   les   corporations   d'armateurs   fixent,   dans   leur   statuts, les modalités d'embarquement, les barèmes imposés pour le passage. Certes,   ce   genre   de   transport   n'est   pas   une   innovation   :   il   y   a   juste   30   ans   que   la   cavalerie   de   Guillaume   de   Normandie,   passant   la   Manche   sans   encombre   en quelques   heures,   a   bord   de   bâtiments   dont   nous   ne   savons   s'ils   avaient   été   spécialement   aménagés   à   cet   effet,   est   entrée   dans   l'histoire   en   participant   à   la conquête de l'Angleterre (1066).

Les chevaux des Romains eurent le pied marin

Certes   encore,   bien   avant   le   Moyen-Age,   la   Méditerranée   à   connu   le   transport   maritime   des   chevaux,   pratiqués   dès   le   1 er    siècle   avant   notre   ère   par   l'armée romaine   dans   ses   expéditions   en   Afrique,   en   Asie   mineure   et   dans   toute   les   provinces   de   son   immense   empire,   et   d'intenses   courants   commerciaux   ne cessèrent,   depuis,   de   sillonner   en   tous   sens   le   bassin   méditerranéen.   Les   chevaux,   denrée   appréciée   et   recherchée   d'un   bout   à   l'autre   du   monde   romain,   puis barbare,   s'y   échangèrent   à   grande   échelle.   La   Manche,   la   mer   du   Nord,   avaient   elles   aussi   vu   depuis   fort   longtemps   de   lourds   bâtiments   de   transport   romains, aux flancs ventrus, débarquer sur leurs rivages des contingents de cavalerie. Opérations   qui   se   soldèrent   tantôt   par   d'éclatants   succès,   comme   les   tours   de   force   que   furent   pour   l'époque   les   débarquements   de   César   en   Angleterre   avec sa   cavalerie,   préparés   il   est   vrai   sur   les   conseils   et   grâce   aux   embarcations   des   Gaulois   du   littoral   atlantique,   marins   hors   pair   qui   savaient   naviguer   en   ces parages   (55-54   av   JC),   tantôt   par   des   retentissants   désastres,   tel   celui   que   subit   l'expédition   du   Romain   Germanicus,   qui   avait   projeté   d'envahir   la   Germanie par   la   mer   du   Nord   avec   une   flotte   de   milles   navires   dont   " un   grand   nombre   était   ponté,   pour   recevoir   les   machines   ou   servir   au   transport   des   chevaux   et   des provisions ". Au   retour   la   flotte,   surprise   par   une   de   ces   épouvantables   tempêtes   d'équinoxe   inconnues   en   Méditerranée,   coula   corps   et   biens   :   "   chevaux,   bêtes   de   somme, bagages,   tout,   jusqu'aux   armes,   est   jeté   à   la   mer   pour   soulager   les   navires,   qui   s'entrouvraient   par   les   flancs   ou   s'enfonçaient   sous   le   poids   des   vagues ".   Les soldats,   jetés   sur   des   récifs,   " périrent   de   faim   ou   se   soutinrent   avec   la   chair   des   chevaux   échoués   sur   ces   bords ".   Quand   aux   rivages   de   la   Germanie,   ils   furent " jonchés des cadavres des Romains et de leurs chevaux ". Curieusement,   une   des   raisons   évoquées   par   Germanicus   pour   justifier   son   projet   d'en   finir   une   bonne   fois   avec   la   résistance   des   Germains   était   qu'il   craignait de   manquer   de   remontes   pour   les   cavaliers   et   les   archers   montés   que   comprenait   son   armée   :   " la   Gaule   épuisée"   (par   les   réquisitions   romaines   et   la   guerre) "ne   peut   plus   fournir   de   chevaux",   et   d'autre   part,   expliquait-il,   la   cavalerie   romaine,   débarquée   par   voie   de   mer   "arrivait   toute   fraîche,   hommes   et   chevaux,   au coeur de la Germanie... " 18 après JC (Tracite, Annales, II, XXIII à XXV).

"Onerarias" romains... et mal de mer

Nous   connaissons   les   navires   qu'utilisaient   les   Romains   pour   leurs   transports   :   ils   étaient   ronds   et   pansus,   comme   le   voulait   leur   fonction,   embarquer   le   plus   de frêt   possible,   et   mus   à   la   voile   exclusivement;   ils   différaient   des   longs   navires   de   combat,   minces,   maniables   et   rapides,   à   l'éperon   effilé   prêt   à   l'abordage,   et dont   les   nombreux   rameurs   pouvaient   éventuellement   suppléer   à   un   manque   de   vent.   Des   aménagements   spéciaux   étaient   ils   prévus   pour   les   bêtes   de somme,    a    bord    de    ces    navires    de    charge    "pontés"    qui    comportaient    donc    des    cales,    et    que    l'on    appelait    indistinctement    "onerarias",    c'est    à    dire "transporteurs"   ?   C'est   probable.   Une   preuve   de   plus   que   ces   bâtiments   étaient   mixtes,   et   servaient   à   embarquer   des   troupes   en   même   temps   que   des chevaux   est   fournie   par   ce   passage   de   la   "Guerre   d'Afrique";   un   tribun   militaire   y   est   exclu   de   l'armée   et   dégradé   par   César   pour   avoir,   alors   qu'une   flottille   de renfort   romaine   était   acheminée   vers   le   théâtre   des   opérations   "accaparé   un   navire   du   convoi   avec   son   personnel   et   ses   chevaux   sans   emmener   de   Sicile   un seul soldat à son bord". Mais   il   faut   croire   que   les   conditions   de   traversée   étaient   loin   d'être   idéales,   pour   les   quadrupèdes   comme,   sans   doute,   pour   les   hommes,   car   cette   même campagne   de   Tunisie   (47   après   JC),   nous   montre   la   cavalerie   romaine,   débarquée   de   la   veille   après   plusieurs   jours   passés   à   bourlinguer   au   large   dans   la tempête,   et   livrant   une   importante   bataille;   encore   mal   remise   de   ses   émotions,   semble-t-il,   " n'étant   plus   assez   rapide   pour   fournir   une   course   sans   repos, épuisée   par   le   mal   de   mer   récent,   la   soif,   la   fatigue... ",   elle   parvient   tout   juste   à   se   replier   en   bon   ordre   dans   le   camp   romain,   où   l'attend   un   étrange   picotin   : " les   Césariens   manquaient   de   fourrage.   En   cette   extrémité,   les   vétérans,   fantassins   et   cavaliers,   qui   avait   fait   de   nombreuses   campagnes   sur   terre   et   sur   mer,   et qui   avaient   souvent   été   aux   prises...   avec   une   semblable   disette,   furent   réduits   à   ramasser   sur   le   rivage   des   algues   qu'ils   lavaient   à   l'eau   douce   et   donnaient ainsi lavées aux bêtes affamées, ce qui prolongeait leur vie... "

Vie aventureuse et discipline de bord...

Car   une   assez   extraordinaire   aventure,   pleine   d'imprévu,   commença   pour   le   cheval   lorsque   l'homme   s'avisa   de   l'emmener   avec   lui   dans   ses   lointains déplacements   sur   mer,   et   de   lui   en   faire   partager   tous   les   risques.   Il   lui   fallut   alors   se   soumettre   à   la   stricte   discipline   imposée   à   bord   par   la   sécurité   collective   : une   place   à   chaque   chose,   et   chaque   chose   à   sa   place;   passagers,   cargaison,   agrès,   tout   doit   être   solidement   fixé,   encadré   ou   maintenu,   pour   mieux   résister aux   coups   de   roulis   et   de   tangage   d'abord,   pour   ne   pas   glisser   d'un   bord   à   l'autre   au   gré   des   lames   ensuite,   ce   qui   déséquilibrerait   dangereusement   le   navire   et le rendait incontrôlable. Le   souci   dominait   et   constant   des   armateurs   étant   évidemment   de   mettre   les   chevaux   à   l'abri   des   embruns   et   des   coups   de   mer   par   gros   temps,   ou   de   la   soif en   période   de   canicule,   alors   que   l'eau   douce   du   bord   est   rationnée,   tout   en   soustrayant   à   leur   vue   les   mouvements   du   vaisseau   sur   l'eau   et   celui   des   vagues, facteurs   qui   contribuent   à   créer   les   nausées,   il   est   certain   que,   pour   les   traversées   de   quelques   durée,   on   embarqua   très   vite   les   chevaux   dans   des   cales spécialement   aménagées   pour   eux,   au   lieu   de   les   grouper   sur   le   pont.   Il   était   par   ailleurs   indispensable,   au   temps   de   la   marine   à   voiles   surtout,   que   le   pont   du navire   reste   libre   et   dégagé,   pour   faciliter   la   rapidité   des   manoeuvres   en   cas   de   passage   dangereux,   d'entrée   dans   un   port,   de   tempête,   de   naufrage   ou d'abordage, en temps de guerre; toute occasions où les chevaux étaient moins gênants et plus en sécurité dans une cale ou un entre-pont.

Quand les chevaux des Croisés s'embarquaient pour la terre sainte

Voici   le   récit   que   fait   de   son   embarquement   pour   la   septième   croisade,   celle   de   Saint-Louis   Jean,   sire   de   Joinville   (24   ans),   qui   a   rejoint   à   Auxonne   les   neufs chevaliers qui combattront sous sa bannière (1248); tous y ont envoyé leur "harnais" (bagages) "en charrettes". ".. .Nous   partîmes   avec   notre   harnais   que   nous   avions   fait   mettre   sur   des   bateaux,   pour   aller   depuis   Auxonne   jusqu'à   Lyon   en   descendant   la   Saône;   et   à   côté   des bateaux,   on   menait   les   grands   destriers.   A   Lyon   nous   nous   embarquâmes   sur   le   Rhône   pour   aller   à   Arles   la   Blanche.   Au   mois   d'août   nous   entrâmes   dans   nos vaisseaux   à   la   Roche   de   Marseille "   (Aigues   Mortes).   " Le   jour   ou   nous   entrâmes   dans   nos   vaisseaux,   l'on   fit   ouvrir   la   porte   du   vaisseau "   (c'était,   dans   la   coque, un   panneau   rabattant)   "et   l'on   mis   dedans   tous   nos   chevaux   que   nous   devions   mener   outre-mer;   et   puis   l'on   referma   la   porte   et   on   la   boucha   bien,   comme quand   on   noie   un   tonneau,   parce   que   quand   le   vaisseau   est   en   mer,   toute   la   porte   est   dans   l'eau...Quand   les   chevaux   furent   dedans,   notre   maître   nautonnier cria   à   ses   nautonniers   qui   étaient   à   la   proue   du   vaisseau   et   leur   dit   :   "votre   besogne   est-elle   prête   ?"   et   ils   répondirent   :   "oui,   sire,   que   les   clercs   et   les   prêtres s'avancent."   Aussitôt   qu'ils   furent   venus   il   leur   cria:   "Chantez,   de   par   Dieu!»   et   ils   s'écrièrent   d'une   seule   voix   :   "Veni   Creator   Spiritus",   et   le   maître   cria   à   ses nautonniers : "faites voile, de par Dieu" et ainsi firent-ils..."

Les huissiers

Ces   "huissiers",   uissiers,   ou   vissiers   (ainsi   nommés   en   raison   des   "huis",   ou   portes,   qui   étaient   leur   caractéristique),   spécialement   conçus   pour   l'embarquement ou   le   débarquement   des   chevaux,   étaient   d'usage   courant.   Ils   différaient   des   nefs   qui   transportaient   les   chevaliers,   des   galères   qui   transportaient   les   archers, et   de   quantités   d'autres   types   d'embarcations   affectées   à   d'autres   transports.   A   propos   des   seigneurs   qui   étaient   à   la   tête   de   la   quatrième   croisade,   le chroniqueur   Robert   de   Clari   dit   :   " chacun   des   hauts   hommes   avait   sa   nef   à   lui   et   à   sa   gent,   et   son   huissier   à   mener   les   chevaux".    Puis   il   décrit   l'ordre   dans lequel   se   déploie   la   flotte   latine   au   large   de   Constantinople   où   elle   se   prépare   à   débarquer    :   "Ils   ordonnèrent   leur   corps   de   troupe   et   leurs   nefs   et   leur   uissiers   et les   galères,   et   les   chevaliers   entrèrent   dans   les   uissiers   avec   leur   chevaux,   et   se   mirent   en   route.   Et   quand   ils   furent   arrivés"   (au   rivage)   "alors   les   chevaliers sortirent   des   uissiers   tout   montés   car   les   uissiers   étaient   faits   de   telle   manière   qu'il   y   avait   une   porte   que   l'on   ouvrait   facilement,   par   laquelle   on   lançait   un   pont à l'extérieur, par où les chevaliers pouvaient gagner la terre tout montés ". Les   armateurs   vénitiens   avaient   exigé   85000   marcs   des   Croisés   pour   assurer   le   passage,   de   Venise   à   Constantinople,   des   4500   chevaliers   de   l'expédition,   de leur   4500   chevaux,   de   leur   9000   écuyers   et   de   leurs   20000   sergents   à   pied.   Ils   avaient   ainsi   fixé   le   tarif   :   " pour   le   cheval,   4   marcs,   et   pour   l'homme,   deux ".   Il   faut dire que le forfait comprenait aussi le ravitaillement nécessaire au passagers. Ces   bâtiments-écuries,   vu   leur   destination   spéciale,   transport   de   la   cavalerie   et   des   bêtes   de   somme   (roussins   ou   mulets),   étaient   munis   de   deux   portes, situées   soit   sur   chaque   flanc,   soit   à   l'arrière   du   navire,   et   en   dessous   de   la   ligne   de   flottaison.   Ils   devaient,   comme   tous   les   bâtiments   de   charges,   avoir   de larges flancs. Une proue et une poupe arrondie.

La cale-écurie...

La   cale   dans   laquelle   se   trouvaient   les   chevaux   devait   être   assez   spacieuse   pour   que   l'air,   renouvelé   en   permanence   par   des   ouvertures   prenant   jour   sur   le pont   (écoutilles),   n'y   soit   pas   vicié   trop   vite.   Il   fallait,   d'autre   part,   assigner   une   place   fixe   à   chaque   animal   pour   la   traversée,   et   réserver   entre   les   rangées   de chevaux   un   passage   libre   pour   le   service   des   palefreniers.   Les   chevaux   étaient   en   général   rangés   côte   à   côte   en   deux   files,   le   long   de   chacune   des   parois   du navire.    Des    auges,    des    mangeoires    et    autres    aménagements    indispensables,    comme    peut    être    un    plancher,    étaient    prévus.    Tous    les    éléments    qui déterminaient   les   dimensions   minima   de   l'étage   de   la   cale   qui   servait   d'écurie   :   la   hauteur   de   celle-ci   devait   être   légèrement   supérieur   à   celle   d'un   cheval levant la tête de pied ferme (soit 2,20 m environ). La   largeur   de   l'écurie   devait   tenir   compte   du   couloir   central   permettant   le   service   des   palefreniers,   et   suffisamment   large   pour   que   les   chevaux   des   files opposées   ne   s'atteignent   pas   en   ruant;   elle   devait   avoir   de   2,30   m   à   2,60   m,   selon   l'archéologue   naval   A   Jal,   qui   estime   d'autre   part   que,   puissqu'il   est impossible   de   "raccourcir"   un   cheval,   on   dut   lui   accorder   au   Moyen   Âge,   comme   plus   tard   au   XIX   ème   siècle   dans   les   navires   de   la   flotte   française,   2,59   m   pour le loger en longueur. Ce qui donnerait pour les écuries des "uissiers" d'une largeur minimum de 2,59 m x 2 = 5,18 m + 2,60 m = 7,78 m. Quant   à   la   longueur   de   la   cale-écurie,   et   celle   du   navire   par   conséquent,   elles   dépendaient   du   nombre   de   chevaux   que   le   bâtiment   devait   embarquer,   et   de   la largeur   de   la   place   qu'on   réservait   à   chacun   de   ceux-ci.   Elle   était   au   XIII   ème   siècle,   selon   les   "statuts   de   Marseille"   de   27   pouces   (soit   73   cm,   ce   qui   est   peu comparé   à   celle   dont   disposèrent   plus   tard   les   chevaux   au   XIX   ème   siècle   dans   la   marine   nationale   :   de   0,89   m   à   0,97   m).   La   bête   s'y   tenait   debout   de   pied ferme,   ou   était   suspendue   par   une   sangle.   On   signale   des   "uissiers"   du   XIII   ème   siècle   qui   portèrent   jusqu'à   cent   chevaux   répartis   en   deux   étages   superposés dans une position identique. Il   est   probable   que,   malgré   les   précautions   prises,   la   traversée,   par   grosse   mer   ou   temps   houleux,   devait   être   assez   peu   confortable   pour   ces   passagers   malgré eux   :   chaleur   étouffante,   manque   d'air   et   de   lumière,   eau   rationnée,   manque   de   fourrage   frais   et   d'exercice,   parasites   ou   épidémies   devaient   faire   une   épreuve de   ses   longs   séjour   en   mer;   (partie   d'Aigues-Mortes   le   25   août   1248,   la   flotte   de   Saint   Louis   n'aborda   à   Chypre   que   le   17   septembre).   Aussi   comprend-on   qu'à chaque   escale   possible,   on   ait   eu   hâte   de   sortir   les   chevaux   de   leur   sombre   habitacle   :   " Ils   vinrent   à   Carfou,   et   trouvèrent   l'armée   qui   était   installée   devant   la ville; les tentes et les pavillons étaient dressés, et les chevaux sortis des uissiers, pour les refraîchir... ". (Villehardouin, en 1201). Mais   on   se   demande   aussi   quelles   réactions   ombrageuses   pouvaient   avoir   ces   grands   destriers,   subitement   tirés   de   leurs   "uissiers"   pour   un   débarquement opérationnel   sous   les   traits   ennemis,   harnachés   et   chargés   de   chevaliers   aux   pesantes   armures,   et   retrouvant   soudain,   après   de   long   jours   d'inaction   ou   de nausées à l'écurie, la clarté aveuglante du soleil et de la mer, dans le fracas assourdissant des sonneries de trompettes et de "buccines"... Alain Bonnisent
Marines - (c) tous droits réservés 2016-2019 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr