Bordeaux Aquitaine Marine
Les Rôles d’Oléron
Les Jugements (ou Rôles) d’Oléron constituent l'un des premiers textes connus fixant le droit maritime. Probablement édicté au milieu du 12e siècle par Aliénor d’Aquitaine, ce texte  aura force de loi pendant plusieurs siècles sur les mers du Ponant. De nombreuses copies en seront faites pendant les cinq siècles de son existence avec parfois des erreurs de copistes, mais sans jamais en dénaturer l’essence, ni changer la numérotation des articles. Nous présentons ici l’une des copies des Jugements d’Oléron. Cette copie est en fait composée de deux copies d'origines différentes. La première partie est extraite du manuscrit dit du “Liber Horn”. C'est la plus ancienne connue, à l’exception de celle contenue dans le Liber Memorandum. Elle contient les 24 premiers articles tels qu’ils étaient à l’origine. Au fil des années le nombre d’articles augmenta jusqu’à attendre le nombre de 47 dans la copie présentée par le bordelais Cleirac. Cette copie a été compilée par un certain Andrew Horn (d’où le nom donné au mansucrit) vers 1311 et est reproduite dans le Black Book anglais de 1857 (tome3). La seconde partie (à partir de l'article 25 jusqu'à l'article 35) est celle présentée dans le tome 1 du “Black Book”. Alain Clouet Note : Nous présentons le texte sur plusieurs colonnes : La première colonne contient le texte original en moyen français. La deuxième, la traduction en français moderne. Le troisième, les sujets abordés par item
Texte original   .    Ceo   est   la   copie   de   la   chartre   Doleroun   des   jugementz   de   la meer. Premièrement,   len   fet   un   homme   mestre   dune   nef.   La   nef est   à   deus   hommes   ou   a   trois.   La   nef      sen   part   du   pays   dont ele   est,   et   vient   a   Bordeaux   ou   a   La   Rochelle,   ou   ailleurs,   et se   freite   a      aller   en   pais   estraunge.   Le   mestre   ne   poet   pas vendre   la   nef   sil   nad   comaundement   ou   procuracioun   des seigneurs,   mes   si   il   ad   mestier   de   despenses,   il   pout   bien mettre    ascunes    des    apparailes    en    gage    par    counseil    des compaignouns de la nef, et ceo est le jugement en ceo cas. Une   nef   est   en   une   havene   et   demoere   pour   attendre   soun temps   et   quant   vient   a   soun   partir,   le   mestre   doit   prendre counseil   ove   ses   compaignouns   et   leur   dire   Seignurs,   vous avez   cest   temps   ;   ascun   y   aura,   que   dirra   le   temps   nest   pas bon, et aucuns, qe diront le temps est bel e bon. Le    mestre    est    tenuz    de    ceo    acorder    ove    les    plus    des compagnons.    Et    sil    fet    autrement,    le    mestre    est    tenu    à rendre   la   nef   il   est   tenu   à   rendre   la   nef   et   les   darrees   si   il emperdrount[1]. Et cest le jugement en ceo cas.   Une   nef   sempert   en   ascunes   teres   ou   en   quel   leu   que   ceo soit,   les   mariners   sount   tenu   a   sauver   le   plus   qil   purrount   ; et   sil   aident,   le   mestre   est   tenu   a   engager,   sil   nad   deniers, de   ceo   qil   sauverount,   e   les   remener   a   lour   teres   ;   et   sil   ny aident,    il    nest        tenu    de    rens    lour    bailler,    ne    de    ren    les pourveier, ainz perdent lour lowers quan la nef est perdu. Et   le   mestre   nad   nul   poer   de   vendre   apparailes   de   la   nef,   sil nad   comaundement   ou   procuracioun   des   seignurs,   mes   les deit   mettre   en   sauvegarde   desques   al   taunt   qil   sache   lur volunte.   Et   si   doit   fere   a   plus   loialment   qil   pourra.   Et   si   le feseit   altrement,   il   est   tenu   damender   sil   ad   de   quei.   Et   cest le jugement en ceo cas.   Une   nef   se   part   de   Bordeaux   ou   ailours,   il   avient   ascune   foiz qele   sempire,   lem   sauve   le   plus,   que   lem   peut,   des   vins   et des   autres   derrees,   (les   merchaunz   et   le   maistre)   sount   en graunt    debat,    et    demaundent    les    marchaunz    de    maistre avoir   lour   deniers[2],   ils   les   deyvent   bien   aver,   paiaunt   lur fret    de    taunt    come    la    nef    ad    fet    de    veyage,    sil    plest    al mestre. Et   si   le   mestre   voet   il   poet   bien   adubber   sa   nef,   sil   est   en   cas qil   la   puisse   adouber   prestement,   et   si   noun   il   poet   lower   un autre   nef   a   fere   le   veiage   et   aura   le   mestre   soun   fret   de taunt   come   il   aura   des   darres   sauvez   par   ascune   manere.   Et ceo le ju­gement en ceo cas.   Une   nef   se   part   de   ascun   port   charge   ou   voyde,   et   aryve   en ascun    port,    les    mariners    ne    doivent    pas    issir    hors    saunz conge   de   mestre,   qar   si   la   nef   senperdoit   par   acun   aventure, a   dunc   il   serrounttenez   a   amender   siIs   ont   de   quei,   mais   si la   nef   estoit   en   lieu,   ou   elle   se   feust   amarree   de   quatre amarees,   iIs   pourront   bien   issir   hors)   et   revenir   par   temps   a lour nef. Et ceo le jugement en ceo cas.   Mariners   se   lowent   ou   lour   mestre   et   acuns   deux   qui   sen issent   saunz   counge   hors,   et   senyveront   et   fount   contekes et   e,   y   ha   acuns   qi   sont   naufres,   le   mestre   nest   pas   tenuz   a eux   fere   garir,   ne   a   les   pourveier   de   ren,   einz   les   poet   ben mettre   hors,      et   lower   autre   en   lieu   de   li,   et   siI   couste   plus qe   celui,   il   (le   ma­rinier)   le   doit   paier,   si   le   mestretroeve   ren de soen. Mais   si   (le   mestre)   lenvoye   en   ascune   service   de   la   nef   par soun   comaundement,   et   sil   se   blessat   ou   naueste,   il   deit estre   garries   et   sauvez   sus   les   coustes   de   la   nef.   Et   ceo   le jugement en ceo cas. Il   avient   qe   maladie   emprent   a   un   des   compagnouns   ou   a deus   ou   a   troys   (en   fesant   lur   service   de   la   nef),   et   il   ne   poet pas    taunz    estre    ma­lades    en    la    nef    le    mestre    hors,    et    li quere   un   hostiel,   e   li   bailer   cescet   ou   chaundeile,      et   li   bailer un    de    ses    valles    de    la    nef    pour    li    garder,    ou    lower    une femme   qui   prenge   gardo   a   li.   Et   li   pourveier   de   tele   viaunde comme   len   use   en   la   nef,   cest   assavoir   de   taunt   comme   il prist   en   saunte,   et   ren   plus,   si   ne   li   plest.   Et   sil   voet   avoir viaundes    plus    deliciouses,    le    mestre    nest    pas    tenuz    a    li quere,   sil   ne   soit   a   ses   despenses   ;   et   la   nef   ne   doit   pas demorer   por   li,   cinz   se   deit   aller.   Et   sil   garist   il   deit   avoier soun   lower   tut   alonc   ;   et   sil   moert,   sa   femme   ou   ses   prives deivent avoier pur li. Et ceo le jugement en ceo cas.     Une   nef   sen   part   de   Bordeaux   ou   dailleurs,   et   avient   que torment    la    prent    en    la    mer    en    tolle    manere    quilz    ne pourront   eschaper   sans   getter   hors   les   denrees   de   dedens le   maistre   le   doit   monstrer   aux   marchants,   sil   y   en   a,   qui respondent   leur   voulente   et   greent   bien   la   gettesone   par aventure,   les   raisons   du   maistre   sont   les   plus   cleres,   et   silz nagreent   mye   le   maistre   ne   doit   pas   lesser   pour   ce   quil   ne gette   tant   quil   verra   que   bon   sera   jurant   soy   et   trois   de   ses compaignons    sur    les    saintes    evangiles    de    dieu    quant    ilz seront   venus   a   sauvete   a   terre,   quilz   ne   le   faisoient   mye   de nulle   malice,   mais   pour   sauver   le   corps   la   nef   les   denrees   et les vins. Ceulx   qui   seront   gettes   hors   doivent   estre   aprisez   aux   feur de   ceulx   qui   seront   venuz   a   sauvete   et   seront   partis   par   livre entre les marchants. Et   y   doit   partir   le   maistre   a   contre   la   nef   ou   son   frett   a   son choys    pour    restorer    le    dommage    les    mariners    y    doivent avoir   chascun   ung   tonnel   frank   et   lautre   doit   partir   au   get selon   ce   quil   aura   sil   se   defende   en   la   mer   comme   ung homme   et   sil   ne   se   defend   mye   il   naura   riens   de   franchise. En    ce    sera    la    maistre    creu    par    son    serment.    Et    cest    le jugement en ce cas. 9 Il   avient   quun   maistre   dune   nef   coupe   son   mast   par   force de   tempeste   il   doit   appeler   les   marchans   et   leur   montrer quil   leur   convient   couper   le   mât   pour   saulver   la   nef   et   les denrees,   et   aucune   foiz   avient   que   len   coupe   cable   et   lesse denrees   pour   saulver   la   nef   et   les   denrees   y      doivent   estre comptes    livre    a    livre    comme    get,    et    y    doivent    partir    les marchants   et   payer   sans   nul   delay   avant   que   leurs   denrees soient   mises   hors   de   la   nef,   et   se      la   nef   estoit   en   dur   sege   et le   maistre   demourast   pour   leur   debat,   et   il   y   eust   corisone, le   maistre   ne   doit   partir   aincois   en   doit   avoir   son   frette   de ceulx   vins   comme   il   prendra   des   autres.   Et   cest   le   jugement en ce cas. Il    avient    qun    maistre    dune    nef    vient    a    sauvete    a    sa descharge   et   doit   monstrer   aux   marchants   les   cordes   avec quoy   il   guyndera,   et   sil   voit   quil   y   ait   a   amender   le   maistre est tenu a lamender, lui et ses mariners. Et   y   doit   partir   le   maistre   pourtant   quil   prent   en   guyndage, et   doit   le   guyndage   estre   mys   pour   restaurer   le   dommage premierement   et   le   remenant   doit   estre   party   entre   eulx, maiz   se   cordes   rompent   sans   ce   quilz   les   eussent   montrees aux   marchants,   ilz   seront   tenuz   a   rendre   tout   le   dommage, mais   si   les   marchants   dient   que   les   cordes   sont   bonnes   et belles   et   ilz   rompent,   chascun   doit   partir   au   dommage,   cest assavoir   des   marchants   a   qui   le   vin   sera   tant   seulement.   Et cest le jugement en ce cas. 11 Une   nef   est   a   Bordeaux   ou   ailleurs,   et   leve   sa   voille   pour arriver   ses   vins   et   sempart   et   nassient   pas   le   maistre   et   les mariners   leur   boude   si   comme   ilz   deussent   et   les   prent   mal temps    en    la    mer    en    telle    manere    que    leur    fustaille    de dedens   enfondre   tonnel   ou   pippe,   la   nef   vient   a   sauvete   a sa    descharge,    les    marchants    dient    que    leur    fustaille    de dedens a leurs vins perdu, le maistre dit que non. Se   le   maistre   puet   jurer,   lui   et   ses   trois   compaignons   ou quatre   de   ceulx   que   les   marchants   esliront,   que   leurs   vins ne    se    perdirent    pas    pour    leurs    fustailles,    si    comme    les marchants     lui     mettent     sur     ilz     ne     doivent     rendre     aux marchants   leurs   dommages,   autrement   les   doivent   rendre tout au long. Car   ilz   sont   a   assaier   leurs   boucles   et   leurs   ellores   biens   et certainement   avant   quilz   partent   du   lieu   où   ilz   se   chargent. Et cest le jugement en ce cas. Un   maistre   loue   ses   mariners   et   les   doit   tenir   en   paix   et estre   leur   juge,   se   aucun   deulx   endemente   lautre,   puis   que len   mette   pain   et   vin   a   table,   celui   qui   dementyra   lautre doit   payer   quatre   deniers.   Et   si   le   maistre   demente   aucun de ses mariners, il doit payer huit deniers. Et   sil   y   a   aucun   qui   demente   le   maistre,   il   doit   paier   huit deniers. Et   se   le   maistre   enserge   ung   des   compaignons   de   la   nef,   il lui   doit   attendre   la   premiere   collee,   comme   de   poing   ou painne. Et    si    le    mariner    fiert    plus    il    se    doit    deffendre.    Et    si    le marinier   fiert      premier   le   maistre   il   doit   perdre   cinq   soulx   ou le poing, au chois du mariner. Et cest le jugement en ce cas.   Une   nef   se   frette   a   Bordeaulx   a   La   Rochelle   ou   ailleurs,   et vient   a   sa   descharge   towage   et   petitz   lodemanages   sont   sur les   marchants,   en   la   coste   de   Bretagne   tous   ceulx   que   len prent,    puiz    que    len    a    passez    les    debitez[YUN3]    ou    sont petits   lodmans.   Ceulx   de   Normandie   et   dAngleterre,   puis que   len   passe   Calais.   Et   ceulx   descoce   puis   que   len   passe Gernesey.   Et   ceulx   de   flandres   puis   que   len   passe   Calais.   Et ceulx   descoce   puis   que   len   passe   Jernemouth.   Et   cest   le jugement en ce cas.   Contek   se   fait   en   une   nef   entre   le   maistre   et   les   mariners   le maistre   doit   oster   la   towaille   de   devant   ses   mariners   trois foiz   avant   quil   les   commande   hors.   Et   se   le   mariner   offre   a faire   lamende   au   regard   des   mariners   qui   sont   a   la   table   et le   maistre   est   tant   cruel   quil   ne   veuille   rien   faire,   mais   le mette   hors,   le   marinier   puet   aler   et   suyr   la   nef   jusques   a   la descharge   et   avoir   ainsi   bon   loyer   comme   sil   estoit   venu dedens   la   nef   en   amendant   le   forfait   au   regard   de   la   table. Et    se    ainsi    est    que    le    maistre    neust    aussi    bon    marinier comme   cellui   en   la   nef   et   la   perdoit   par   aucune   tempeste,   le maistre   est   tenu   de   restorer   le   dommage   de   la   nef   et   de   la marchandise qui y sera sil y a de quoy. Et cest le jugement.   Une   nef   est   en   ung   convers   amaree   et   estant   a   sa   maree avec   autre   nef,   vient   et   fiert   la   nef   qui   est   en   sa   paix,   en telle   maniere   quelle   est   endommagee   du   coup   que   lautre nef   luy   donne   et   y   a   des   vins   enfondre[YUN4]   dedens,   le dommage   doit   estre   apprisie   et   party   par   moitie   entre   les deux   nefs   et   les   vins   qui   sont   dedens   les   deulx   nefs   doivent partir   du   dommage   entre   les   marchants,   le   maistre   de   la   nef qui   a   ferue   lautre   est   tenu   a   jurer,   luy   et   ses   mariners   quelz ne   le   firent   mye   de   bon   gre.   Et   est   raison   pour   quoi   cest jugement est fait. Et    ainsi    fuist    quil    auroit    tout    le    dommage    amende    une vieille   nef   si   myst   volontiers   en   la   voie   dune   meilleure   nef pour   cuider   avoir   lautre   nef   se   elle   eust   tous   ces   dommages, mais   quand   elle   soeit   quelle   doit   partir   a   la   moitie,   elle   se mett   voulentiers   hors   de   la   voye.   Et   cest   le   jugement   en   ce cas.   Une   nef   ou   deux   ou   plusieurs   en   ung   havene   ou   il   y   a   pou deaue   et   si   asseche   lune   des   nefs   trop   pres   de   lautre   le maistre     de     cette     nef     doit     dire     aux     autres     mariners: Seigneurs,   levez   vostre   ancre   car   elle   est   trop   pres   de   nous et    pourroit    faire    dommage.    Et    ilz    ne    la    veulent    lever    le maistre    pour    eulx    et    ses    compaignons    la    vont    lever    et alongnier   de   lui.   Et   silz   la   faillent   a   lever   et   lancre   leur   face dommage, ilz seront tenuz a lamender tout au long. Et   sil   y   eust   mys   ancre   sans   boye   et   elle   face   dommage   ils seront tenuz a lamender tout au long. Et   silz   sont   en   ung   haven   qui   asseche   ilz   seront   tenus   a mettre    balingues[YUN5]    aux    ancres,    quilz    ne    pegent    au plain. Et cest le jugement.    Les   mariners   de   la   costiere   de   Bretaigne   ne   doivent   avoir quune      esquysine      le      jour,      par      la      raison      quilz      ont buuraige[YUN6]   en   alant   et   venant.   Et   ceulx   de   Normandie en   doivent   avoir   deux   le   jour,   par   la   raison   que   leur   maistre ne   leur   trouve   que   eaue   a   laller,   mais   puis   que   la   nef   sera arrivee   a   la   terre   ou   le   vin   croist,   les   mariners   doivent   avoir beverage    et    leur    doit    leur    maistre    querre.    Et    cest    le jugement en ce cas.         Une    nef    arrive    a    sa    charge    a    Bordeaux    ou    ailleurs,    le maistre    est    tenu    de    dire    a    ses    compaignons:    Seigneurs, fretez-vous   vos   marees   ou   vous   les   lerrez   au   fret   de   la   nef, ilz   sont   tenus   a   respondre   lequel   ilz      feront,   et   silz   ealisent au      frett   de   la   nef   tel   frett   que   la   nef   aura   ilz   auront,   et   silz veulent   fretter   par   eulx,   ilz   doivent   freter   en   telle   maniere que   la   nef   ne   soit   demourante   pour   leur   deffaulte,   et   sil avient   quilz   ne   trouvent   frett,   le   maistre   na   nul   blasme   et leur   doit   le   maistre   montrer   leurs   rives   et   leur   leir,   et   chacun mariner   y   puet   mettre   le   poissant   de   son   mareage,   et   silz   y veullent mettre tonnel deaue ilz le puent bien mettre. Et   si   geteson   se   fait   et   leur   tonnel   deaue,   soit   gette   en   la mer,   il   doit   estre   compte   pour   vin   ou   pour   autres   denrees livre     a     livre,     se     les     mariners     se     puissent     deffendre raison­nablement   en   mer,   et   se   ainsi   soit   quilz   le   frettent aux marchants. Et cest le jugement.       19 Une   nef   vient   a   sa   decharge,   les   mariners   veulent   avoir   leurs loyers,   et   il   y   a   de   eulx   qui   na   lit   ni   arche   en   la   nef.   Le maistre   puet   bien   retenir   de   son   lovyer,   pour   rendre   la   nef la   ou   il   a   prist,   sil   ne   donne   bonne   caucione      a   fournir   le voyage. Et cest le jugement en ce cas.   Ung   maistre   dune   nef   love   ses   mariners   en   la   ville   dont   la nef   est,   et   les   lowe   les   uns   a   marriage,   les   autres   a   deniers, ilz   voient   que   la   nef   puet[YUN7]   trouver   fret   a   venir   a   ses parties, et leur convient aler plus loin nez,     Ceulx   qui   vont   a   marriage[YUN8]   la   doivent   servir,   mais ceulx   qui   vont   a   deniers,   le   maistre   est   tenu   a   leur   croistre leurs   loyers,   veue   par   veue   et   corps   par   corps,   par   la   raison qui   les   avoit   lovez   et   atermine   lieu,   et   silz   viennent   plus   pres que   leur   convenant   fut   pris   il   doit   avoir   son   loyer   tout   au long,   mais   il   doit   aider   a   rendre   la   nef   ou   il   la   prist   se   le maistre   veult,   a   laventure   de   Dieu.   Et   cest   le   jugement   en   ce cas.     Il   advient   quune   nef   vient   a   Bordeaux   ou   ailleurs,   de   telle esquisine   comme   len   use   en   la   nef   les   deulx   mariners   en pourront   porter   un,   mais   dementrera   quilz   seront   trenchez en   la   nef   et   de   tel   pain   quil   y   aura,   ilz   ne   doivent   buuraige avoir   hors   de   la   nef,   et   doivent   revenir   prestement,   ainsi que   le   maistre   ne   perde   les   overes   de   la   nef.   Car   le   maistre les    y    perdoit    et    il    y    eust    dommage,    ilz    seront    tenus    a lamender   ou   se   ung   des   compagnons   se   blesse   par   besoing daide     ils     seront     tenuz     alamender     au     maistre     et     aux compaignons   et   a   ceulx   de   la   table.   Et   cest   le   jugement   en ce cas.   Ung    maistre    frete    sa    nef    a    ung    marchand,    et    est    devise entre    eulx    et    mis    ung    terme    pour    chargier    la    nef    et    les mariners   par   lespace   de   quinze   jours   ou   de   plus   outre   et aucune   foiz   en   pert   le   maistre   son   fret   et   sa   mission[YUN9] par     deffault     dung     marchand,     le     marchand     est     tenu alamender.   Et   en   celle   amende   qui   sera   faitte,   les   mariners auront   le   quart   et   le   maistre   les   trois   parties,   par   la   raison quil trouve les costes. Et c est le jugement en ce cas   . Ung    marchand    frett    une    nef    et    la    charge    et    la    mett    en chemin,   et   entre   cette   nef   en   ung   port   et   demeure   tant   que deniers   lui   faillent.   Le   maistre   puet   bien   envoyer   en   son pays    pour    querir    de    largent,    mais    il    ne    doit    mye    perdre temps,   car   sil   le   faisoit,   il   est   tenu   a   rendre   aux   marchants tous    leurs    dommages    quilz    auront,    mais    le    maistre    puet bien   prendre   des   vins   aux   marchants   et   les   vendre   pour avoir   son   estorement.   Et   quand   la   nef   sera   arrivee   a   droitte descharge,   les   vins   que   le   maistre   aura   pris   doivent   estre   au feur   mys   que   les   autres   seront   venduz   ne   a   greigneur   feur na    a    moindre.    Et    aura    le    maistre    son    frett    diceulx    vins comme il prendre des autres. Et cest le jugement en ce cas.   Ung   bacheler   est   lodeman   dune   nef   et   est   love   alamener jusques   au   port   ou   len   la   doit   deschargier,   il   avient   bien quen   cest   port   y   ont   fermez   ou   len   mette   les   nefs   pour deschargier,   le   maistre   est   tenu   a   poursuyr   sa   forme   soit bien   balin­guee   que   les   marchants   naient   dommage,   car   silz avoient   dommage,   le   maistre   est   tenu   alamender,   sil   ne   dy raison   pour   quoy   quil   ne   soit   abatue   de   sa   raison.   Et   le lodeman   a   bien   fait   son   devoir   quand   il   a   amenee   la   nef jusques    au    port    a    sauvete    où    elle    sera    deschargee,    car jusques   illec   la   doit   amener   et   dicelle   heure   enavant   le   faiz est   sur   le   maistre   et   sur   les   mariners.   Et   cest   le   jugement   en ce cas.     25
Traduction littérale    Ceci   est   la   copie   de   la   charte   d'Oléron   des   Jugements   de la mer. Premièrement,   on   nomme   un   homme   maître   d’une   nef. Elle   appartient   à   deux   ou   trois   hommes.   La   nef   part   de son   port   d'attache   et   vient   à   Bordeaux,   La   Rochelle   ou ailleurs,   se   frétant   pour   aller   en   pays   étranger.   Le   maître ne    peut    vendre    la    nef    sans    ordre    ou    procuration    des propriétaires.   Mais   si   il   a   besoin   d'argent   pour   la   nef,   il peut   mettre   en   gage   un   accessoire   de   la   nef   après   avoir pris    le    conseil    des    propriétaires    de    la    nef.Et    c'est    le jugement en ce cas.  Une nef est au port en attente d'un temps s'améliorant. Quand   le   maître   veut   partir,   il   doit   demander   l'avis   de   ses compagnons   et   leur   dire   "compagnons   que   pensez-vous de   ce   temps   ?".   D'aucuns   diront   que   le   temps   n'est   pas bon,   d'autres   diront   au   contraire   que   le   temps   est   bon.Le maître   doit   suivre   la   majorité   de   ses   compagnons,   sinon   il doit   remplacer   le   bateau   et   les   marchandises   si   elles   sont perdues. Et c'est le jugement en ce cas.   Si   un   bateau   fait   naufrage   (avariée)   en   quelque   lieu   que ce    soit,    les    marins    sont    tenus    à    sauver    le    plus    qu'ils pourront      du      bateau      et      des      biens.      S'ils      le      font effectivement,   le   maître   devra,   à   défaut   de   ne   pouvoir   les payer,   leur   donner   une   partie   des   biens   sauvés   et   de   les rapatrier.   S'ils   n'aident   pas,   ils   ne   toucheront   rien,   et   si   le bateau est perdu, ils perdront leurs salaires. Le   capitaine   ne   peut   vendre   les   agrès   du   bateau,   s'il   n'a un   mandat   ou   une   procuration   des   propriétaires,   mais   il   a obligation   de   les   mettre   à   l'abri   jusqu'à   ce   qu'il   connaisse la    décision    des    propriétaires,    et    ce,    le    plus    loyalement possible.    S'il    décide    de    faire    autrement,    il    est    tenu    de réparer   le   tort   s'il   en   a   les   moyens.Et   c'est   le   jugement   en ce cas.    Un   bateau   appareille   Bordeaux   ou   d'ailleurs   ;   il   advient parfois   qu'il   fasse   naufrage   et   que   l'on   sauve   une   grande partie   des   vins   et   des   marchandises   qui   sont   dedans.   Les marchands   réclament   au   capitaine   leurs   marchandises.   Ils peuvent   bien   les   réclamer,   payant   leur   fret   pour   la   partie du voyage qui a été faite. Et   si   le   capitaine   le   souhaite,   il   peut   réparer   correctement le   navire   si   cela   peut   être   fait   rapidement.   Si   ce   n'est   pas le   cas,   il   peut   affréter   un   autre   bateau   pour   achever   le voyage    et    le    capitaine    se    fera    payer    son    fret    pour    la cargaison qui aura été sauvée. Et c'est le jugement en ce cas.    Un   navire   part   d'un   port,   vide   ou   chargé,   et   arrive   dans un   autre   port.   Les   marins   ne   doivent   pas   quitter   le   bord sans   autorisation   du   capitaine,   car   si   le   bateau   était   perdu par    accident,    ils    seraient    soumis    à    faire    compensation, s'ils le peuvent. Mais    si    le    bateau    est    en    un    lieu,    amarré    par    quatre amarres,   ils   pourront   sortir   sans   problème,   et   revenir   à temps sur la nef. Et c'est le jugement en ce cas. Les   marins   se   louent   à   leur   maître.   Si   certains   quittent   le navire   sans   permission,   s'enivrent   et   se   bagarrent,   et   que l'un   d'eux   est   blessé,   le   capitaine   n'est   pas   tenu   de   les soigner,   ni   de   les   aider.   Il   peut   le   licencier   et   le   remplacer. Et    si    le    remplaçant    coûte    plus    cher    que    celui    qui    est licencié, c'est ce dernier qui paiera en plus la différence Mais   si   le   maître   donne   un   ordre   à   bord   et   que   le   marin se   blesse,   ce   dernier   doit   être   soigné   et   payé   aux   frais   du navire. Et c'est le jugement en ce cas.   Il   advient   qu’un   ou   plusieurs   marins   tombent   si   malades qu'ils ne peuvent assurer leur service et rester à bord. Le    maître    doit    louer    un    valet    ou    une    femme    pour    le garder   à   la   maison   et   le   nourrir   en   viande   comme   s'il   était sur la nef.    La   qualité      et   la   quantité   doit   être   identique   à   ce   qu'il prenait    sur    la    nef.    Si    le    malade,    veut    des    viandes    de meilleure   qualité,   le   maître   n'est   pas   tenu   de   lui   fournir,   si ce n'est aux frais du malade. La    nef    ne    doit    pas    rester    immobilisée    pour    lui.    S'il    se rétablit,   son   salaire   doit   lui   être   payé   tout   au   long   de   sa maladie.   S'il   meurt,   sa   femme   ou   ses   parents   doivent   le recevoir à sa place.Et c'est le jugement en ce cas.    Une   nef   charge   à   Bordeaux   ou   ailleurs   et   est   surprise   par une   tempête   si   forte   qu'elle   ne   puisse   en   réchapper   qu'en jetant   la   cargaison   à   la   mer.   Si   les   marchands   sont   à   bord, le   maître   doit   leur   demander   leur   volonté   et   s'ils   agréent au jet, la décision du maître est claire. S'ils   n'agréent   pas,   le   maître   ne   doit   pas   abandonner   sa décision    de    jeter    ce    qu'il    juge    bon,    lui    et    trois    de    ses compagnons    jurant    sur    les    saints    Evangiles,    une    fois sauvés   à   terre,   qu'ils   ne   l'ont   pas   fait   par   malice   mais   pour sauver    les    hommes,    le    bateau,    les    denrées    et    les    vins restants. Ce   qui   est   jeté   doit   être   apprécié   au   prix   du   marché.   Ce qui   a   été   sauvé,   sera   vendu   et   répartis   au   prorata   des pertes entre les marchands. Et   le   capitaine   doit   partager   calculer   entre   l'estimation   de son   bateau   et   son   fret,   à   son   choix   pour   rembourser   les pertes.   Les   marins   ont   droit   à   une   tonne   de   franchise,   et le   reste   doit   être   inclus   dans   le   perte   commune   selon   s'ils se   sont   conduits   en   marins.   S'ils   se   sont   mal   conduits,   ils n'ont   pas   le   droit   à   la   franchise.Et   c'est   le   jugement   en   ce cas.   Il   arrive   que   le   capitaine   doive   couper   son   mât   par   crainte de    la    tempête.    Il    doit    appeler    les    marchands    et    leur montrer   qu'il   convient   de   couper   le   mât   pour   sauver   le navire   et   la   cargaison;   et   parfois   il   arrive   que   l'on   doive couper     les     chaînes     et     abandonner     les     ancres.     Elles doivent    être    comptées    dans    le    jet    à    la    mer    et    les marchands   doivent   participer   à   cette   avarie   commune   et payer    sans    délai    avant    que    les    marchandises    soient débarquées. Et   si   le   navire   se   met   au   sec,   si   le   capitaine   reste   pour   leur dispute,   et   qu'il   s'ensuit   des   coulages   de   vin,   il   n'aura   pas à   partager   avec   les   pertes,   mais   il   aura   au   contraire   son fret    comme    si    les    tonneaux    étaient    pleins.Et    c'est    le jugement en ce cas.    Un   capitaine   arrive   à   son   port   de   déchargement   sans problème.    Il    doit    montrer    aux    marchands    les    cordages qu'il   utilisera   pour   le   déchargement   ;   et   s'il   voit   quelque chose    à    réparer,    il    doit    le    faire,    car    si    un    tonneau    est perdu   par   rupture   des   cordages,   le   capitaine   et   ses   marins sont tenus de rembourser le dommage. Mais   si   les   marchands   disent   que   disent   que   les   cordes sont   bonnes   et   belles   et   qu'elles   rompent,   chacun   doit participer au dommage. Et c'est le jugement en ce cas.   Un    navire    est    à    Bordeaux    ou    ailleurs,    arrime    ses    vins, hisse   sa   voile   pour   transporter   ses   vins.   Le   capitaine   et   ses marins    n'ont    pas    saisi    correctement    la    cargaison.    Le mauvais   temps   les   prend   en   mer   de   telle   manière   que leur   futaille   en   bougeant   crève   un   tonneau   ou   une   pipe. Le   navire   arrive   à   bon   port.   Les   marchands   disent   que   leur futaille   dans   la   cale   ont   perdu   leur   vin,   le   capitaine   dit   que non. Si   le   capitaine   peut   jurer,   lui   et   trois   ou   quatre   de   ses compagnons   que   les   marchands   désigneront   que   les   vins ne   se   perdirent   pas   du   fait   de   la   futaille   comme   le   disent les   marchands,   il   ne   doit   aucun   dommage.   Autrement,   il doit   tout   rembourser   car   il   devait   vérifier   l'arrimage   avant le   départ   du   lieu   de   chargement.Et   c'est   le   jugement   en ce cas.       Un   capitaine   loue   ses   marins,   doit   les   maintenir   en   paix   et être   leur   juge   si   l'un   deux   ment.   On   doit   mettre   le   pain   et le    vin    à    table.    Celui    qui    démentira    l'autre    doit    payer quatre   deniers.   Et   si   le   capitaine   ne   dément   aucun   de   ses mariniers, il doit payer 8 deniers. Et   si   il   y   en   a   un   qui   mente   au   maître   il   doit   payer   8 deniers. Et    si    le    maître    tape    un    de    ses    marins,    ce    dernier    doit attendre   le   premier   coup   de   poing   ou   la   première   gifle.   Si le   marin   reçoit   plus   il   peut   se   défendre.   Mais   si   le   marin tape   le   premier   le   maître,   il   paye   une   amende   de   cinq sous ou reçoit un coup de poing au choix. Et c'est le jugement en ce cas.   Un        bateau    est    affrété    à    Bordeaux    ou    La    Rochelle    ou ailleurs    et    arrive    à    son    port    de    déchargement,    charte- partie    avec    remorquage    et    lamanage    à    la    charge    des affréteurs.    Ils    prendront    des    lamaneurs    de    la    côte    de Bretagne,    après    l'île    de    Batz,    ceux    de    Normandie    et d'Angleterre,       après       Calais,       ceux       d'Ecosse       après Guernesey,   ceux   de   Flandres   après   Calais,   ceux   d'Ecosse après Jernemouth. Et c'est le jugement en ce cas.     Une   dispute   éclate   à   bord   entre   le   capitaine   et   les   marins. Le   capitaine   doit   enlever   trois   fois   la   nappe   de   devant   les marins   avant   de   les   mettre   dehors.   Si   le   dit   marin   s'offre   à faire   amende   au   regard   des   marins   qui   sont   à   table   et   que le   capitaine   est   si   cruel   qu'il   ne   veut   rien   entendre   et   veut toujours   le   virer,   le   marin   a   le   droit   d'aller   jusqu'au   port de   déchargement   et   toucher      son   salaire   comme   s'il   était venu en s'amendant au regard de la table. Et   si   ainsi,   le   capitaine   ne   retrouve   pas   un   aussi   bon   marin et    que    le    bateau    se    perdisse    dans    une    tempête,    le capitaine   est   tenu   de   payer   les   dommages   au   navire   et   à la marchandise s'il le peut. Et c'est le jugement.   Un   navire   est   amarré   en   rivière.   Un   autre   navire   vient avec   la   marée   et   percute   celui   qui   est   amarré   de   telle manière    qu'il    y    a    des    vins    défoncés    à    l'intérieur.    Le dommage   doit   être   apprécié   et   partagé   par   moitié   entre les   deux   navires.   Pour   les   vins   qui   sont   à   bord   des   deux navires,    les    dommages    doivent    être    répartis    entre    les marchands   et   le   capitaine   du   bateau   abordeur   qui   doit jurer, lui et ses marins, qu'ils ne le firent exprès    La   raison   pour   laquelle   ce   jugement   est   fait,   est   qu'il   peut arriver   qu'un   vieux   bateau   se   mette   intentionnellement     sur    la    route    d'un    meilleur,    si    il    espère    avoir    tous    ses dommages    remboursés.    Mais    quand    il    sait    qu'il    devra partager      les      dommages      à      moitié,      il      se      placera volontairement   hors   de   la   route   Et   c'est   le   jugement   en   ce cas.     Des   navires   sont   dans   un   port   où   il   y   a   peu   d'eau   et   un   de ces   bateaux   s'échoue   trop   près   d'une   autre.   Le   capitaine de   ce   bateau   doit   dire   aux   autres   marins   :   "Messieurs, vous   devez   lever   l'ancre,   car   vous   êtes   trop   près   de   nous et    pouvez    nous    causer    des    dommages"    ;    et    s'ils    ne    la lèvent   pas,   le   capitaine   et   ses   compagnons   peuvent   la relever   et   la   porter   plus   loin   d'eux.   Et   s'ils   ne   la   lèvent   pas et   que   l'ancre   leur   cause   un   dommage,   les   autres   sont tenus à une compensation. Et   s'il   s'avère   qu'ils   avaient   jeté   une   ancre   sans   bouée   et qu'il     y     eut     dommage,     ils     seraient     aussi     tenus     à compensation. Et   s'ils   sont   en   un   port   qui   assèche,   ils   seront   tenus   de mettre    des    bouées    aux    ancres    pour    qu'elles    soient visibles au-dessus de l'eau. Et c'est le jugement en ce cas.   Les   marins   de   la   côte   bretonne   ne   prennent   qu'un   repas cuisiné   par   jour   pour   la   raison   qu'ils   boivent   quand   ils veulent   pendant   le   travail.   Ceux   de   Normandie   doivent   en avoir    deux    par    jour,    parce    que    leur    capitaine    fournit uniquement   l'eau   à   la   mer.   Mais   quand   le   navire   arrive   à terre   où   le   vin   se   trouve,   les   mariniers   doivent   avoir   du vin    et    le    capitaine    doit    leur    en    trouver.    Et    c'est    le jugement en ce cas.      Un   navire   arrive   à   Bordeaux   ou   ailleurs   pour   charger.   Le capitaine   est   tenu   de   dire   à   ses   compagnons   :   "Messieurs, vous   payez-vous   vos   salaires   avec   votre   fret   ou   les   laissez- vous   au   fret   du   navire".   Ils   sont   tenus   de   répondre   ce qu'ils choisissent; S'ils   choisissent   de   les   laisser   au   fret   du   navire,   ils   seront payés    en    proportion    du    fret    pris    par    le    navire.        S'ils souhaitent    se    payer    sur    leur    propre    fret,    ils    devront trouver   ce   fret   sans   retarder   le   navire.   Et   s'il   arrivait   qu'ils ne trouvent pas de fret, le capitaine n'est pas à blâmer. Le   capitaine   doit   leur   dire   leur   salaires   et   leur   montrer leurs   couchettes   et   chacun   doit   avoir   la   place   pour   mettre son    fret.    Et    s'ils    veulent    mettre    un    tonneau    d'eau,    ils peuvent le faire. Et   si   il   doit   y   avoir   jet   à   la   mer   du   tonneau   d'eau,   il   doit être     reconnu     comme     équivalent     au     vin     ou     autres marchandises      au      prorata      du      poids,      dans      l'avarie commune,     si     les     marins     ont     déployé     des     efforts raisonnables    à    la    mer,    et    de    même    s'ils    le    louent    aux marchands. Et c'est le jugement en ce cas.   Un   navire   vient   décharger.   Les   marins   veulent   avoir   leur solde.   Il   y   en   a   quelques   uns   qui   n'ont   eu   ni   couchette   ni coffre   à   bord.   Le   capitaine   peut   leur   retenir   leur   salaire jusqu'au    retour    du    navire    au    point    de    départ,    s'ils    ne donnent   une   garantie   de   faire   ce   voyage   de   retour.   Et c'est le jugement en ce cas.      Un   capitaine   loue   ses   marins   dans   la   ville   où   le   navire   est attaché,   les   uns   payés   à   la   part,   les   autres   en   monnaie.   Il arrive   que   le   navire   ne   peut   trouver   suffisamment   de   fret pour   payer   les   parts   en   rentrant,   et   qu'il   convienne   d'aller en chercher plus loin que prévu. Ceux   qui   sont   à   la   part   sont   tenus   de   suivre,   mais   pour ceux   qui   reçoivent   une   solde,   le   capitaine   est   tenu   de   leur augmenter        leur        salaire        proportionnellement        à l'accroissement    du    voyage,    parcequ'ils    ont    été    engagés pour     aller     à     une     destination     bien     précise.     Et     s'ils parcourent   une   distance   plus   courte   que   prévue   dans   le contrat   d'engagement,   ils   doivent   cependant   recevoir   leur solde,    mais    faire    le    voyage    retour    si    le    capitaine    le demande,   à   la   "providence   de   Dieu".   Et   c'est   le   jugement en ce cas.      Il   arrive   qu'un   bateau   soit   à   Bordeaux   ou   ailleurs.   Deux marins   peuvent   emporter   à   terre   leur   part   de   cuisine   du bord,   et   leur   ration   de   pain.   Ils   doivent   avoir   ce   qu'ils auraient    mangé    à    bord,    mais    ne    pourront    sortir    de boisson. Ils    devront    rentre    à    bord    prestement,    pour    que    le capitaine    ne    perde    pas    des    heures    de    travail    car    si    le capitaine   en   perdait,   ils   seraient   tenus   à   l'indemniser.   Ou si      un   des   compagnons   se   blesse,   faute   de   leur   aide,   ils doivent   contribuer   à   sa   guérison,   et   l'indemniser   ainsi   que le    capitaine    et    ses    compagnons    de    table.    Et    c'est    le jugement en ce cas.   Un    capitaine    frète    sa    nef    à    un    marchand,    contrat    est passé,   et   un   terme   fixé   pour   le   chargement   de   la   nef.   Le marchand   ne   respecte   pas   ce   terme,   laissant   le   bateau   et ses    marins    en    attente    pendant    15    jours    ou    plus.    Le capitaine   peut   ainsi   perdre   du   fret   et   a   des   dépenses   du fait de la défaillance du marchand. Le   marchand   est   tenu   de   l'indemniser.   De   cette   pénalité, les   marins   auront   un   quart   et   le   capitaine   trois   quart,   du fait   des   dépenses   qu'il   a   exposées.   Et   c'est   le   jugement   en ce cas.    Un   marchand   frète   un   navire,   le   charge,   le   met   en   route, et   entre   ce   navire   dans   un   port   jusqu'à   ce   qu'il   n'ait   plus d'argent.   Le   capitaine   peut   envoyer   chercher   de   l'argent   à son   port   d'origine,   mais   il   ne   doit   pas   perdre   de   temps, car   il   serait   alors   tenu   d'indemniser   les   marchands   pour tous les dommages qu'ils pourraient subir. Mais    le    capitaine    peut    aussi    prendre    du    vin    de    la cargaison   des   marchands   et   les   vendre   pour   acheter   des provisions. Et   quand   le   bateau   sera   arrivé   à   sa   destination   finale,   les vins   que   le   capitaine   aura   prélevé   devront   être   évalués   au même    prix    que    les    marchands    auront    vendu    le    vin restant.   Et   le   capitaine   aura   son   fret   sur   les   vins   qu'il   aura prélevé,    au    même    taux    que    le    fret    restant.    Et    c'est    le jugement en ce cas.   Un   jeune   homme   est   lamaneur   et   est   loué   pour   piloter   le navire   dans   le   port   de   déchargement.   Il   peut   arriver   que le port où les navires doivent décharger soit fermé. Le   capitaine   est   tenu   de   trouver   lui-même   un   mouillage, qu'il   soit   bien   balisé   pour   que   les   marchands   ne   souffrent d'aucun   dommage.   Car   s'il   y   a   dommage,   le   capitaine   est tenu   d'indemniser   les   marchands,   s'il   ne   peut   le   justifier autrement.    Le    pilote    a    bien    fait    son    travail    quand    il    a amené   le   bateau   au   mouillage,   car   il   n'a   d'obligation   que de   la   conduire,   la   responsabilité   reste   au   capitaine   et   à ses compagnons. Et c'est le jugement en ce cas.    
Résumé      Le capitaine ne peut vendre le navire sans accord des propriétaires       Le capitaine doit consulter l’équipage avant d’appareiller.       Conduite à tenir par le capitaine et son équipage en cas de naufrage.            Les marchandises sauvées d'un naufrage peuvent être mises sur un autre navire         Les marins ne peuvent quitter le bord sans autorisation du capitaine.       Un marin blessé en service doit être soigné à la charge du capitaine, et seulement dans ce cas.       Un marin malade doit être placé à terre aux bons soins d’une garde-malade et s’il meurt, ses salaires versés à sa femme ou ses parents           L'avarie commune et son règlement                         L'avarie commune et son règlement (suite).           Les cables utilisés pour le déchargement doivent être approuvés par les marchands ; - Le déchargement est à la charge du navire         Responsabilité du capitaine en cas de mauvais arrimage.             La discipline à bord               Le lamanage est payé par les propriétaires de la marchandise.        La discipline à bord.               Dommage fait par un navire en route à un navire au mouillage.               Dommage causé à un tiers par les ancres de mouillage             La nourriture des marins          Part du fret alloué à l’équipage                     Les marins sont tenus à effectuer le voyage retour.       Rémunération des marins en cas de modification du temps du voyage – distinction entre marins payés au fret et marins salariés         Marins à terre, marins blessés             Retard du chargeur         Ce qu'un capitaine peut faire s'il manque d'argent pour la conduite du navire           La responsabilité du pilote lamaneur est limitée à conduire le bateau au mouillage.          
Article 1
2.
3.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
Marines - (c) tous droits réservés 2016-2017 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr
suite… suite… suite…