Bordeaux Aquitaine Marine

Propos sur l’Ecole Navale d’Angoulême

extrait de : François LECONTE, «Mémoires pittoresques d’un officier de marine» (t1) - ed. Le Ponthis, Brest
Le   Collège   Royal   de   la   Marine   d’Angoulême   a   été   fondé   le   31   janviir   1816   et   a   remplacé   les   Ecoles   spécialisées   de   la   marine   précédemment embarquées   sur   le   Tourville   à   Brest   et   le   Duquesne    à   Toulon.   Surprenant   à   plus   d’un   titre   ce   changement   provoqua   quels   remous   que   nous raconte l’officier de marine François Leconte : «   Un e   école   navale   préparatoire   avait   été   établie   à   Angoulême;   selon   moi, elle   eut   été   mieux   à   Paris   et   la   généralité   des   marins   pense   que   c'est   dans un   port   de   mer   qu'un   pareil   établissement   devrait   être   placé.   Il   y   a,   à   cet égard,   du   pour   et   du   contre;   à   mon   avis   la   meilleure   école   préparatoire   pour la   marine   serait   celle   qui   donnerait   aux   élèves   une   éducation   solide,   de même    que    l'école    polytechnique,    mais    sur    un    programme    plus    limité    à certains    égards.    Si    les    officiers    de    la    marine    qui    proviennent    de    notre célèbre    école    nationale    polytechnique    sont    généralement    assez    mauvais marins   ,   quoique   remplis   de   distinction;   ce   n'est   pas   parce   qu'ils   sont   entrés trop   tard   dans   la   marine,   mais   pour   d'autres   causes   que   je   .ne   veux   pas émettre   parce   qu'elles   m'entraîneraient   trop   loin   ;   en   outre,   ce   qui   est   relatif à   l'école   navale   demanderait   beaucoup   de   développement   et   ferait   seul   le sujet d'un long chapitre. Les     élèves     qui,     jusqu'en     1825, étaient   sortis   du   collège   d'Angoulême,   arrivaient   à   bord   des   vaisseaux   de   l'État   et   y   exerçaient   un commandement    sans    avoir    souvent    vu    le    plus    petit    bâtiment    de    guerre.    Les    commandants    ne s'occupaient   pas   de   ces   jeunes   gens   qui   livrés   à   eux-mêmes   n'acquéraient   pour   la   plupart   aucune connaissance    élémentaire    du    métier.    On    fut    naturellement    amené    à    former    une    espèce    d'école d'application:,   et   il   fut   décidé   que   les   élèves   en   sortant   de   l'école   d'Angoulême   seraient   placés   sur   une corvette   d'instruction,   où   ils   seraient   exercés   pendant   un   an   avant   d'être   placés   sur   la   flotte.   La pensée   était   excellente,   on   était   sur   une   bonne   voie   ,   mais   en   marine   on   ne   sait   faire   les   choses   qu'à moitié.   Le   grade   d'élève   n'aurait   dû   être   dévolu   qu'après   un   examen   subi   à   la   sortie   de   la   corvette;   au lieu   de   cela   ils   sortaient   d'Angoulême   gradés,   portant   l'épée,   l'aiguillette,   ayant   sur   les   hommes   de l'équipage,    une    autorité    réglementaire    qu'ils    ne    pouvaient    exercer.    La    corvette    avec    ses    travaux manuels,   sa   discipline   sévère,   devait   donc   être   pour   eux   un   temps   d'épreuve   et   les   mois   qu'ils   étaient appelés   à   y   passer   devaient   y   âtre   comptés   par   eux,   comme   un   prisonnier   compte   les   années   qui   le séparent   du   jour   de   sa   liberté.   Une   petite   corvette   la   Zélée ,   (celle   qui   depuis   est   allée   aux   glaces australes   sous   le   commandement   du   célèbre   et   hardi   navigateur   Dumont-Durville)   fut   préparée   à Brest   pour   recevoir   les   élèves.   Le   commandement   important   de   ce   bâtiment   fut   confié   au   sous- gouverneur    du    collège    d'Angoulême,    le    capitaine    de    frégate    La    Marche,    avec    lequel    j'avais    eu d'excellents   rapports   avant   la   Restauration.   Il   me   proposa   de   faire-   campagne   avec   lui,   chose   facile puisque   l'état-major   de   la   Zélée   devait   être   fait   à   son   choix.   Il   me   fit   connaître   qu'il   devait   parcourir   le   littoral   de   la   Méditerranée   et   que   dans   le programme   qui   lui   était   fait,   il   avait   la   mission   de   rendre   le   voyage   aussi   agréable   que   possible   aux   élèves,   en   leur   faisant   visiter   les   lieux   les   plus renommés   de   l'antiquité.   J'avais,   ainsi   que   je   l'ai   dit,   la   perspective   d'un   embarquement   très-prochain,   je   me   laissai   facilement   séduire   et   dès les premiers jours de 1825, je faisais mon service sur la Zélée » .
Marines - (c) tous droits réservés 2016-2019 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr